Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 06:08

Il est rare qu'on se pose la question « Qui parle ? » dans un recueil de poèmes car la plupart du temps celui ou celle qui dit « je » est le poète lui-même. Avec Le Chant de l'enfance quelque chose d'indéterminé règne à ce propos. Les occurrences du « je » ne font pas défaut mais sont souvent attribués à un sujet masculin qui, par là même, ne peut renvoyer directement à l'auteur. Le Je est un autre est ainsi interrogé dans le texte de façon diverse. Nous, lecteurs, devons faire avec ces « je » tantôt masculins, tantôt féminins, à ces « tu » indistincts comme aussi à des « nous » ne renvoyant qu'à l'idée de pluriel sans qu'on puisse véritablement identifier les personnes. Ce flou de l'énonciation fait partie du charme du recueil qui superpose non seulement les personnes mais les époques, peut-être même les lieux dans une intimité implicite et distante et vraisemblablement pour dire et taire à la fois un deuil ou peut-être plusieurs, des secrets et non dits qui affleurent de façon sensible mais discrète.

Ce que dit Le Chant de l'enfance c'est que la poésie transforme tout. Elle produit la variation des humeurs ou la crée. De plus, elle a le pouvoir de guérir:
« Pour guérir
j'ai attendu que
vienne la p
oésie » (p.13)

Elle produit le miracle de l'enfance retrouvée mais à la condition d'une opération de sorcellerie syntaxique, formule magique qui exige la discordance, la claudication et l'inversion (des mots comme des genres), un bouleversement de la limpidité de la langue,
« Possible est mon souvenir
mais il faut changer l'ordre des m
ots ».

Dans le cadre unique d'une cinquantaine de douzains, à l'intérieur desquels toutes les combinaisons de vers sont possibles, on entendra un chant en formation qui goutte depuis l'enfance jusque dans son désordre et son charivari originels.

Entre cet hier que l'on évoque et l'aujourd'hui de l'énonciation , le fossé du temps permet, paradoxalement, de :
« creuser des tombes
où enfouir le malh
eur ».

Une association hétéroclite réinvente le passé dans le présent même. L'enfance resurgit, aidée par les enfants du jour d'aujourd'hui.
« je concorde les Temps
recompose un pa
ssé »
et plus loin
« D'enfants de mes enfants ma joie
a accouché mon émotion
C'est ma naissance à la vieillesse/mariée à la be
auté. »
Dans ce quatrain France Burghelle Rey convoque les lois de la vie et la chaîne sans fin des générations. Elle convoque la vie tout entière grâce au champ lexical qu'elle emploie tout en décalant les attentes, tout en cour-circuitant le cheminement banal des naissances et des morts.

Les poèmes disent le bienfait et la nécessité d'écrire. C'est un leitmotiv puissant qui traverse l'ensemble du recueil . Il donne l'élan.
« je versifie le chant de mon enfance perdue » (premier poème) ;
il jette un pont entre le présent et le passé.
« passé qui bouleverse
le présent du poème dans l'écho incessant
des notes que tu cha
ntes. »

il se fait lyrisme pur et transcendance :
« O ma mémoire ma renaissance
laudes de ma vie meurtrie laudes de l'avenir
j'écris guéri sous la dictée d'un
ange »

il informe
« J'écris à l'aurore » ;
il précise un art poétique
« j'écris et j'apprivoise mes mots
avec le cœur qui pleure mais les yeux s
ecs »

il donne accès à l'avenir
« Mes mots m'emportent
dans le vent de l'aven
ir »
il rythme la vie
« J'écris mon œuvre au rythme de ma vie » ;

il est aussi acte testamentaire
« Recueil d'adieux aux souvenirs
mon requiem pour une infante
j'achève à l'aube de la vieillesse
mon chant
du cygne » .

Comme cristallisés par le temps et le deuil, les souvenirs affluent, vifs, intacts retraçant des imageries enfantines, soufflant les contes, les légendes, les fêtes, les saisons. Touches légères comme les notes de musique au moment des apprentissages, les émotions revécues essaiment tout au long des douzains et rendent compte de l'accumulation des enseignements, des expériences, des connaissances livresques, artistiques, sentimentales. Rien n'est séparable, ni la terre natale, ni les liens d'amour, ni les déchirements et manques, ni les richesses intellectuelles patiemment accumulées. C'est ce vaste tableau stratifié que le recueil recèle et d'où palpite la vie dans ses failles et ses joies.

« Voilà que j'ai filé au rouet
ma vie de l'odeur du lilas
au sourire Kennedy j'entends la musique
des sixties Odeur de terre
mouillée »



présentée par Dominique Zinenberg
Francopolis décembre 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans NOTES CRITIQUES
commenter cet article

commentaires

Presentation Du Blog

Recherche