Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 19:23

Note critique sur Fleurs d’orage, Claudine Bertrand, éditions Henry.

http://www.recoursaupoeme.fr/…/fil-de-lecture-de-france-bur…

Le recueil s’ouvre sur l’alliance de la parole avec le monde et sur le désir pour « le poète aveugle », Roland Giguère, qui a choisi le suicide et au souvenir duquel Claudine Bertrand dédie son texte, de retourner au limon. Pour ce faire se déploie, dès les premières pages, une isotopie de la liquidité. L’eau, sous toutes ses formes, est ici un élément rédempteur et permet à l’errant de trouver son identité. La narratrice, en union avec son interlocuteur, se métamorphose et trouve sa définition : « je suis méditerranée ».

Au sein de cet univers « cobalt » et « indigo » « les « fleurs d’orages » dans un vers éponyme et la « couleur fraîche sur dalles chaudes » s’associent au champ lexical du bleu.

Le livre formé, avec harmonie, de quatrains aux vers courts et composé de quatre volets avance comme autant de vagues qui se déposent sur le sable du repos définitif. La première partie se clôt sur la révélation que l’eau et les mots sont une même et unique chose : « l’eau des psaumes » où l’on va savoir si le poète ( destinataire ou narrateur ? ), dans un « éden métissé », pourra trouver le salut.

Le second volet, après une allusion au tsunami et à la fuite, s’achève sur une profession optimiste du poète disparu qui a écrit :

« Nous ne craignons pas
les profondeurs
si nous pouvons
remonter plus haut »

A l’ouverture de la partie suivante, c’est une langue aux accents homériques qui s’offre au lecteur avec, comme cadre encore, les éléments marins et comme moyens, des épithètes et expansions diverses dignes des grands textes :

« l’orpheline éternité »

« abîmés de bleu
les nuages saturés »

« l’indéchiffrable ailleurs »

Et au milieu de la mer qui « ensorcelle » et qui grise : l’espoir. A noter, également, malgré tout un lexique funèbre, ces deux vers remarquables :

« jamais plus le siècle
ne piratera ton verbe »

Puis la musique, « cette alchimie », semble bien la clé dans « le lamento d’un art sacré ».

Le volet quatre réitère ces isotopies. L’eau, sous l’aspect, cette fois, de la glace et les couleurs également, accompagnent l’hommage au peintre :

« Revoir les paysages
de Sisley lointains
en bordure du Loing
des péniches évoluent »

Assonances et allitérations y remplissent leur rôle synesthésique et l’art de Claudine Bertrand - à la fois, dans son sens et sa forme - nous comble :

« Moulin près du pont
un jeu limpide
de teintes ciel de lit
parfois mauve fauve

L'insolence de la cigale
cet été-là stridence
l'orgie la complainte
que l'on délecte »

Enfin, nous dit « celle qui sait », le poète, sourcier et visionnaire, choisit, dans un siècle ravagé, de remonter le fleuve.

Avec l’expérience, l’écriture de la poète s’est parfaite. Elle est devenue ici magique, mettant le doigt, avec ce sentiment d’évidence propre à la poésie, sur la beauté du monde.

Partager cet article

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans NOTES CRITIQUES
commenter cet article

commentaires

Presentation Du Blog

Recherche