Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 16:42

http://www.lacauselitteraire.fr/le-mendiant-de-la-beaute-attila-jozsef

Attila Jozsef, poète novateur et engagé, né en 1905, a vécu son adolescence dans le contexte dramatique de la guerre 14-18. Ses textes les plus anciens publiés ici font suite à la mort de mère en 1919. Ils dévoilent déjà une forte empathie pour l'humanité souffrante et les travailleurs en proie au froid et à la faim ainsi que l'espoir utopique d' " un chant / Où se tiendraient par la main tous les gens du pays ". Le poème " L'homme fatigué ", daté de 1923, montre un jeune homme apaisé par la nature hongroise et frère de Rimbaud. Une douceur que la forme chantée, avec un sens savant de la chanson populaire, parvient à traduire. Mais ce sont davantage des accents hugoliens que l'on retrouve dans un hymne à la terre et une révolte sublime : " Ce n'est pas moi qui crie, c'est la terre qui gronde ".

En convoquant des métaphores innovantes, cette poétique s'écarte du conventionnel : " Et sur le cou des boulevards enragés / se gonflent les veines "et sait négocier la chute " C'est un beau soir d'été ". Cette toute jeune voix annonce la grande poésie de la maturité quand elle tutoie la mort et les ténèbres, influencée par l'expressionnisme allemand, et que, paradoxalement, la nuit qu'elle décrit est baignée de lumière par la lune et le soleil. Aussi la lecture des textes de ce recueil peut-elle être source de joie comme dans le poème " Attente " dont l'ambiance féerique évoque un château qui dort " gardé par une dame divine. Hommage au réel également au moyen de la description d'une moisson, de son blé et de son " soleil en colère " qui manifeste un véritable sens de l'art pictural. Le poète au tempérament mélancolique et tragique peut aussi faire preuve d'exaltation et d'optimisme : " Renaissante, la vie est là. " Avec, pourtant, la conscience que tout est périssable se font la recherche de l'amour idéal dans un lyrisme discret : " j'aimerais voir tes yeux " et la quête conjointe de " l'Unique". L'émotion est là s'exprimant dans sa maturité; elle fait naître les mots de bien des vers. Les mots, par exemple, d'un de ceux du " Chant de la force : " Et l'horizon n'a pas encore ébréché mes yeux "; le poète n'a alors que 17 ans...

suite sur le lien

Partager cet article

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans NOTES CRITIQUES
commenter cet article

commentaires

Presentation Du Blog

Recherche