Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 17:59

France Burghelle Rey, Révolution II. Laon : La porte, 2016.

« Je veux choisir la vie comme ils choisissent la beauté. » Si le premier livret intitulé Révolution s’appuyait sur Van Gogh (les blés) et Apollinaire (les alcools), le second part sur un double constat : la déception de la jeunesse et la croyance à la haine, aux cruautés ! Etranges métamorphoses extérieures (la guerre, la mort, la haine) et intérieures (mort en soi du poète, l’abolition de la beauté, de l'écriture ). Si un enfant va mourir, si la révolte crépite sur les réseaux, faudra-t- il choisir entre l’amour et la haine, entre la révolte et la tendresse ?

« la haine est sans limite quand ma page est petite je me demande si je suis libre " Sommes-nous, nous dit France Burghelle Rey, un prisonnier dans la nasse des guerres et des cauchemars ? Alors, en dernier recours, le poète substitue la chanson à l’écriture et offre son identité pour leur renaissance, hurle de joie et nous « console ici des morts à venir ».

Revue Temporel n°21 - avril 2016 par Gérard Paris

Partager cet article

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans NOTES CRITIQUES
commenter cet article

commentaires

Presentation Du Blog

Recherche