Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 05:33

Incipit :

 

Dans les méandres des saisons, Richard Rognet, Gallimard, 2014, 14.50 euros

 

 

Le premier volet du recueil de Richard Rognet Dans les méandres des saisons se place, dès le sonnet liminaire, sous la protection des pierres et de leur silence annonçant d'emblée une réflexion sur le temps qui marque l'ensemble du texte. En effet quand le regard n'est pas précis mais quand le mot, lui, l'est trop et nuit à la plénitude des choses, oxymore à l'image de celui qui se formule ici tout au long du texte entre lumière et mort, tout se délite. Ainsi, à la tombée de la nuit, lorsque la mort se met à vivre au point qu'elle « boit le sang » le destin menace d'autant que l'automne arrive. C'est que la fin de l'été rappelle un départ vécu et qu'intervient alors une présence féminine à l'état de souvenir et qui favorise une apostrophe à l'autre . Une aussi à soi-même : « Qui donc es-tu, enfant secret / dans la nuit de / ma mémoire ? » au moment où la marche se fait rédemptrice et où se produit un dédoublement. Malheureusement, avoue le poète narrateur, « Je passe près de moi sans reconnaître qui je / fus ». Cette dialectique présence-absence est prégnante dans l'évocation même des « chers disparus »  comme le père dont « l'ombre revient… dans l'inconnu d'autres présences ». Il y a aussi « une femme courbée sur des / fleurs un peu lasses »,  et avec les choses du tiroir qu'il ne faut pas déranger, le « carnet d'adresses » qui garde les morts en mémoi

Partager cet article

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans NOTES CRITIQUES
commenter cet article

commentaires

Presentation Du Blog

Recherche