Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 07:12

Dès le début du recueil, à la lecture des versets qui évoquent la nature, la chatte puis la statue d'un visage, celui du peintre qui a vécu dans la maison, comme le dit l'exergue en italiques, le lecteur est sensible au thème sous-jacent du temps.

 

 De ce fait, à la 3° page, sonnent, à la façon des quatre notes de la 5° Symphonie, les quatre  syllabes d'un " Tu te souviens ". Le choc est d'autant plus grand que Béatrice Bonhomme n'hésite pas à écrire " beau " et à choisir, notamment la plus belle des fleurs, la rose, qu'elle soit réelle ou imaginaire pour laisser l'émotion envahir son texte. On y retrouve les accents que la poésie de Lydie Dattas, dont l'œuvre revendique la " beauté ", a offert en son temps dans le Livre des Anges II : " Les roses respiraient le parfum de ton âme / ces roses mouraient en même temps que toi ". Sauf qu'ici, il ya une rose qui " brûle" encore...

 

http://terresdefemmes.blogs.com/mon_weblog/2014/02/b%C3%A9atrice-bonhomme-variations-du-visage-de-la-rose-par-france-burghelle-rey.html

Partager cet article

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans NOTES CRITIQUES
commenter cet article

commentaires

Presentation Du Blog

Recherche