Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 08:53

 

Tellement j’entends en t’attendant le phrasé de ta voix ivresse de l’émotion qui m’affole comme on disait l’appel avant de prononcer des vœux avant que dieu ne soit toi

 

 

 

Tellement je t’attends en entendant ce phrasé qui tape à ma tempe on est allé dans ce pays où flambe le ciel où tremble l’air chaleur de la pluie qui vaut des arcs-en-ciel

 

 

 

Tellement Cette fumée ce soir puis, brusque, ce feu, C’était l’or encore l’or des opéras que j’entendais en t’attendant ivresse du rythme des chants d’aujourd’hui qui m’affole aussi

 

 

 

                                                                                                          23 octobre 2010

 

 

 

Yves Bonnefoy, Les Planches courbes, Poésie Gallimard, 16

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans TEXTES INEDITS
commenter cet article

commentaires

Presentation Du Blog

Recherche