Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 21:54

   Ce long poème est adressé à " l'autre ", ce double, disparu dans la mort. Les mots sont là pour tenter de conserver le partage en faisant revivre cet autre, aller au-delà du chagrin et survivre soi-même. " ... la nuit de mes mots / qui cherchent ton visage consolante sève de ma vie sans moi ". Et le chant peut se poursuivre à deux, comme l'indique le titre, qui peut se lire aussi " lire en double ".

La partie " Cendres " est faite de souvenirs du départ de l'autre : " mon poème   ce jumeau qui se consume pour toi ". Puis " La peur commence à s'éloigner" : tu es la rose / désormais / qu j'effeuille / et effleure ".

" Braises" est une injonction de revie grâce à la poésie à partager : " Rassemble je t'en prie en bouquets tes mots. / Avec ce fil de soie que j'ai tissé ici pour toi ", "... à chaque heure tu souffles / sur ces cendres / Ma poésie ma vie / brûle / braises braises braises / de mes vers ".

Dans " Valse vers le soleil ", le poète prie l'absent de guider ses pas dans le " pays inconnu " aux " étranges virtualités " ; " tu raconteras / l'in-ouï / le jamais vu ".

Dans la dernière partie " Digue désormais rompue " la fusion est totale à partir des souvenirs : " mes mots sont aujourd'hui la preuve de tes mot s", " Nous vivrons jusqu'au bout une double odyssée ".

Un recueil émouvant sur le deuil sur le double, conquis par la force d'une poésie lyrique au style original et soutenu.

 

                                                                       G.C.

 

                                                                                                  

Partager cet article

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans NOTES CRITIQUES
commenter cet article

commentaires

Presentation Du Blog

Recherche