Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 05:49

Comme un noix cassée carcasse qui tremble sans une raison sûre j’ai osé t’en souviens-tu me taire dès que chantait le coq je prenais à la nuit son silence

 

 

 

 

Mais naissent encore en moi des mots têtus ils sont je t’en fais part ma seule raison de vivre et je descends un fleuve aux longues eaux bleues

 

 

 

 

Qui nous ferait rendre les armes ? regarde comme tous ont peur ils craignent la joie et ses  souffrances et composent des bouquets moi je vais où m’entraîne le chant

 

 

 

                                                                                                            27 février 2011

 

 

Marc Alyn, Anthologie Points 50 poètes J. P. Siméon, 25

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans TEXTES INEDITS
commenter cet article

commentaires

Presentation Du Blog

Recherche