Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 06:57

http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/sans-toi-je-naurais-pas-regard%C3%A9-si-haut-de-denise-desautels/france-burghelle-rey

Incipit :

Sans toi, je n'aurais pas regardé si haut, Denise Desautels, éditions du Noroît, 2013, 86 pages, 12 euros

Dans son dernier recueil qu'elle a voulu en prose poétique, Denise Desautels accompagne ses " Tableaux " du Parc Lafontaine situé dans Montréal de photographies en noir et blanc tout en dialoguant avec nombre d'auteurs et d'artistes dont les noms sont recensés à la fin. Sensations visuelles et auditives pour le lecteur comblé qui adhère immédiatement à cette œuvre de mémoire et de transmission. L'auteure, à l'aise avec le style épistolaire, y a l'occasion de s'adresser à son fils dans le but de lui transmettre autre chose que le souvenir des morts dont elle lui a fait pesé le deuil. Et c'est ainsi qu'elle le remercie de lui avoir permis de ne plus " ressasser les ruines " et de " regarder plus haut

 

 

Dans son dernier recueil qu'elle a voulu en prose poétique, Denise Desautels accompagne ses " Tableaux " du Parc Lafontaine situé dans Montréal de photographies en noir et blanc tout en dialoguant avec nombre d'auteurs et d'artistes dont les noms sont recensés à la fin. Sensations visuelles et auditives pour le lecteur comblé qui adhère immédiatement à cette œuvre de mémoire et de transmission. L'auteure, à l'aise avec le style épistolaire, y a l'occasion de s'adresser à son fils dans le but de lui transmettre autre chose que le souvenir des morts dont elle lui a fait peser le deuil. Et c'est ainsi qu'elle le remercie de lui avoir permis de ne plus " ressasser les ruines " et de " regarder plus haut ". - See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/sans-toi-je-naurais-pas-regard%C3%A9-si-haut-de-denise-desautels/france-burghelle-rey#sthash.Sk6X9lqa.dpuf
Dans son dernier recueil qu'elle a voulu en prose poétique, Denise Desautels accompagne ses " Tableaux " du Parc Lafontaine situé dans Montréal de photographies en noir et blanc tout en dialoguant avec nombre d'auteurs et d'artistes dont les noms sont recensés à la fin. Sensations visuelles et auditives pour le lecteur comblé qui adhère immédiatement à cette œuvre de mémoire et de transmission. L'auteure, à l'aise avec le style épistolaire, y a l'occasion de s'adresser à son fils dans le but de lui transmettre autre chose que le souvenir des morts dont elle lui a fait peser le deuil. Et c'est ainsi qu'elle le remercie de lui avoir permis de ne plus " ressasser les ruines " et de " regarder plus haut ". - See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/sans-toi-je-naurais-pas-regard%C3%A9-si-haut-de-denise-desautels/france-burghelle-rey#sthash.Sk6X9lqa.dpuf
Dans son dernier recueil qu'elle a voulu en prose poétique, Denise Desautels accompagne ses " Tableaux " du Parc Lafontaine situé dans Montréal de photographies en noir et blanc tout en dialoguant avec nombre d'auteurs et d'artistes dont les noms sont recensés à la fin. Sensations visuelles et auditives pour le lecteur comblé qui adhère immédiatement à cette œuvre de mémoire et de transmission. L'auteure, à l'aise avec le style épistolaire, y a l'occasion de s'adresser à son fils dans le but de lui transmettre autre chose que le souvenir des morts dont elle lui a fait peser le deuil. Et c'est ainsi qu'elle le remercie de lui avoir permis de ne plus " ressasser les ruines " et de " regarder plus haut ". - See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/sans-toi-je-naurais-pas-regard%C3%A9-si-haut-de-denise-desautels/france-burghelle-rey#sthash.Sk6X9lqa.dpuf
Dans son dernier recueil qu'elle a voulu en prose poétique, Denise Desautels accompagne ses " Tableaux " du Parc Lafontaine situé dans Montréal de photographies en noir et blanc tout en dialoguant avec nombre d'auteurs et d'artistes dont les noms sont recensés à la fin. Sensations visuelles et auditives pour le lecteur comblé qui adhère immédiatement à cette œuvre de mémoire et de transmission. L'auteure, à l'aise avec le style épistolaire, y a l'occasion de s'adresser à son fils dans le but de lui transmettre autre chose que le souvenir des morts dont elle lui a fait peser le deuil. Et c'est ainsi qu'elle le remercie de lui avoir permis de ne plus " ressasser les ruines " et de " regarder plus haut ". - See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/sans-toi-je-naurais-pas-regard%C3%A9-si-haut-de-denise-desautels/france-burghelle-rey#sthash.Sk6X9lqa.dpuf
Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans Parutions
commenter cet article
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 17:51

http://www.terreaciel.net/Au-large-du-Senegal-Claudine#.U7DbtkC0ed8

Incipit :

Au large du Sénégal, Claudine Bertrand, poésie, illustrations Michel Mousseau, Éditions Rougier, collection « Ficelle », France, 2013.

 

Avec son livret Au large du Sénégal enluminé par d'une chaîne de plus de deux mètres d'îles en papiers gouachés, Claudine Bertrand part de nouveau en Afrique. C'est sous l'égide de Senghor et  de son impératif " Ecoute le silence…la voix de ton cœur " qu'elle écrit ses pages colorées.On y retrouve l'écriture sobre et silencieuse de la poète et cette économie de moyens suffit à honorer un continent qui depuis longtemps l'inspire et dont elle parvient à rendre le mystère avec notamment la présence de " L'inconnu / Aux lèvres sans nom ".Avant lui elle a déjà évoqué " la poussière des ancêtres et " L'homme de l'île… Bougie en main " qui " interroge / La fuite des choses ". Mais heureusement contre le temps qui passe le langage est une solution pour " l'homme nomade " et pour la poète elle-même.

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans Parutions
commenter cet article
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 07:03

                                                   

                                                         Victoire

 

 

Et elle elle s'introduit en moi pour entendre les cris écho sur la bastille elle croit en la victoire en pensant à l' avenir

 

 

Dans l'attente je marche et chacun de mes pas repousse la frontière bientôt il n'y a plus d'ombre midi est au soleil

 

 

De notre terre d'accueil dont l'heure est à la paix je ferme alors l'écran court-circuit dans l'ordi et passe à autre chose

 

 

Science-fiction que je hais j'avoue aimer l'avenir puisqu'il n'y a plus de guerre mais plein de beaux enfants

 

 

Nos filles les adoptent qui veulent vivre en Syrie aller jusqu'en Iraq et moi je me souviens j'étais jeune au Liban

 

 

Les combats terminés je ne reste pas couché retourne à mon moulin pour en tourner la roue il n'y a plus de poison dans l'eau de la rivière

 

 

Et celle de la pluie je n'en ai plus besoin car le sang ne pisse plus et les rues de nos villes sont calmes comme mon village

 

 

Chance de nos heures nouvelles nous jouons de nouveau dans l'air de la paix nos mains forment des cercles et moi je me souviens

 

 

Je fabrique un panier pour cueillir ma lavande couleur de vincent et forme un  beau  bouquet à l'odeur de la gloire

 

 

Quand ils m'ont regardé le jour de la victoire j'ai rangé mon carnet et j'ai sifflé guillaume c'était l'heure de minuit

 

 

Je touche à l'impossible pas tué par la fatigue puis retourne à la vigne où j'emmène ces soldats qui ont gagné la paix

 

 

 

                                                                                    France Burghelle Rey

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans Parutions
commenter cet article
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 14:48

Il y a ces moments étranges où j’ai besoin de bruits où ils me font sourire

 

 

 

 

Seul leur est défendu d’empêcher d’entendre les pas ceux qu’on attend ceux qu’on n’attend pas ces pas qui ne sont pas du bruit

 

 

 

On appartient au silence quand on appartient à la paix

 

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans Parutions
commenter cet article
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 07:56

extraits :

 

Et elle elle s'introduit en moi pour entendre les cris écho sur la bastille elle croit en la victoire en pensant à l' avenir

 

 

Dans l'attente je marche et chacun de mes pas repousse la frontière bientôt il n'y a plus d'ombre midi est au soleil

 

 

De notre terre d'accueil dont l'heure est à la paix je ferme alors l'écran court-circuit dans l'ordi et passe à autre chose

 

 

Science-fiction que je hais j'avoue aimer l'avenir puisqu'il n'y a plus de guerre mais plein de beaux enfants

 

 

Nos filles les adoptent qui veulent vivre en Syrie aller jusqu'en Iraq et moi je me souviens j'étais jeune au Liban

 

 

Les combats terminés je ne reste pas couché retourne à mon moulin pour en tourner la roue il n'y a plus de poison dans l'eau de la rivière

 

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans Parutions
commenter cet article
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 05:47

De qui vient la première blessure ? même à l’écart des autres la foudre peut t’atteindre tu allumes des feux sur ta colline

 

 

 

Y répands des semences pour conjurer le sort j’ai confiance moi aussi en l’invention humaine j’ai pour séduire fait sécher mon lilas

 

 

 

Dans ma peau opéré les coutures d’une seconde naissance ne regrette pas les larmes que tu m’as fait verser

 

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans Parutions
commenter cet article
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 18:04

L'Or de la mémoire, livre d'artistes de France Burghelle Rey et Georges Badin  " est recensé chez Gallimard

On peut lire page 114 " Georges Badin se coule en rouge dans l' "or " de la mémoire " de France Burghelle Rey

 

Arracher les peaux du chagrin voilà

ce que je fais    Inventer

des racines des chimères sans larmes

L'or de ma mémoire fabriquera

 

des promesses qu'on ne m'a jamais faites

J'ai lu hier Apollinaire Des émotions qui

font si mal    Ottamar Scholem

O avaler sa salive quand elle passe si mal

 

 

 La fatigue m'a tué Je veux dormir

 et avant de mourir pouvoir

 t'écrire l'adunatone  :

Soleil tu brilleras moins que l'or de ma mémoire

 

 

 

 

http://france.burghellerey.over-blog.com/article-livre-d-artistes-40450159.html

 

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans Parutions
commenter cet article
15 septembre 2013 7 15 /09 /septembre /2013 05:46

  

 

Les doigts tremblants tournaient

les pages d'antan :

almanach de Meaulnes sur les azulejos

mon hameau m'attend mais je suis clandestin

je voyage dans un Temps qui

ne m'appartient plus

 

Les doigts tremblants accompagnaient

toutes mes Lettres à Elise et mes jeux de ballon

Gavroche ne jouait pas dans

nos champs de luzerne car

au lieu de pavés nous

jetions des pierres de vignes

 

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans Parutions
commenter cet article
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 15:44

https://sites.google.com/site/revuepaysagesecrits/

 

 

Mon ciel se rougit de garance ma maison prend feu

 

 Quand tu passes à mon doigt une bague brûlante mon corps

 

 Jusque là infaillible frémit et je sais que l'aube avait raison de naître

 

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans Parutions
commenter cet article
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 15:36

http://www.terreaciel.net/France-Burghelle-Rey

 

 

Statue sans mains aux lèvres closes j’habite une maison vide

De moi-même je bute contre les pierres des chemins et boite

Perdu dans des passages obscurs

 

extrait de l'entretien :

 

 

Tous les auteurs que j’ai lus, dans un fébrile butinage qu’on pourrait me reprocher, ont souvent été pour moi des modèles mais leurs mots ont fait naître les miens et peut-on me reprocher d’avoir été, et d’être toujours à ce point, une goûte-à-tout ? L’émotion suscitée par la lecture de poèmes me met comme en état de grâce. Je crée, ai-je écrit « sous la dictée d’un ange ».

 

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans Parutions
commenter cet article

Presentation Du Blog

Recherche