Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 17:33

Note critique de Gérard Paris dans le n° 8 de la revue Littérales, 2011 pour Lyre en double :

 

                                             "  Recolle enfin la mosaïque

                                                 de tes syllabes en miettes

                                                 Emotion en tesselles

                                                 Morceaux devenus phrases

                                                 Ta beauté renaîtra " 

 

 

  Avec trois illustrations rappelant à la fois le Moyen Age et l'Antiquité, France Burghelle Rey signe là son cinquième recueil après Odyssée en double ( 2009 ), La Fiancée du silence, L'Orpailleur, Le Bûcher du phénix.

  Ce petit recueil ( 64 pages ), où symboles et ellipses rythment le poème, se divise en six parties : Quand montent enfin les mots, La peur commence à s'éloigner, Braises, Valse vers le soleil, A toi l'orpailleur : digue désormais rompue.

  Pour un champ ( par choix ) sémantique assez réduit, France Burghelle Rey mêle les mots, les syllabes, des paroles tantôt blanches, impures, de pierre, d'écume ou paisibles et un dialogue entre le " tu " et le " je " ( le jeu ) symbolisant la gémellité, pierre de touche du recueil :

 

 

                                                 " sans toi mon double

                                                           vertige au bord de mes mots

                                                                       bégayés

                                                                          puis

                                                                        enfouis

                                                         dans le sable de notre inconscient

                                                         je veux recoudre ici ce cœur coupé

                                                            voix à l'avenir monocorde

                                                         cri unique de nos vies jumelles " 

 

    Entre poème-oiseau et poème-palimpseste, France Burghelle Rey trace sa voix (e) et esquisse le chant d'un nouveau départ :

 

 

                                                   " Trahir son rythme

                                                                car on a honte de soi

                                                     Fascinante mythologie des autres

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

                                                     Sais-tu qu'il grêlera cet été

                                                                 un alphabet de fleurs

                                                     sur tes champs sans cailloux

                                                                 bouquet d'un art nouveau ? "

 

  Des cris préférés aux cris tus, des mots tronqués aux mots réunis, le poète joue ( jouit ) de " sa lyre en double ", s'effaçant et renaissant dans ce monde inachevé, en cristal. G.P.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans NOTES CRITIQUES
commenter cet article

commentaires

Presentation Du Blog

Recherche