Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mars 2016 3 16 /03 /mars /2016 10:26

je ne veux emporter sur la barque qu'un stylo et une rose

un trait à ce passage suffit un mot
et respirer un reste de parfum

je me prépare une mort riche et sans regrets

il faut juste
un peu de ferveur
quelques sursauts amers
cette aveuglante lumière

et ma maison blanche avec sa pelouse verte

je n'ai plus aucune peur quand j'ai encore des mots

France Burghelle Rey ©

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans TEXTES INEDITS
commenter cet article
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 06:47

Les rideaux sont tachés de soleil fenêtre qu’on laisse fermée le bruit est indécent un enfant va mourir La révolte vibre dans mes réseaux j’allume j’éteins puis y reviens le désespoir comme drogue la cigarette m’accroche l’orage ne m’émeut plus et j’occulte mon cauchemar


France burghelle Rey ©

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans TEXTES INEDITS
commenter cet article
29 août 2015 6 29 /08 /août /2015 10:46

mon frère
toi l'étranger

te connaître à la fois tant
et si peu

mon frère comme si enfants
nous avions joué ensemble

rien qu'à te voir
il y a cet interdit

mais j'oublie ton visage comme si devenus grands
nous pouvions nous rêver

France Burghelle Rey ©

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans TEXTES INEDITS
commenter cet article
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 05:56

ma main se lève

non vers le rideau de la chambre
mais vers cette feuille

car de l'or
m'est échu l'autre soir
au crépuscule

et sans plus d'ennui
du bleu

je parle du gris et
de l'impossible
qui sont le plus gros de nos jours

t'écrire c'est vouloir
partager
cette lumière

France Burghelle Rey ( 12 mai 2014 )

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans TEXTES INEDITS
commenter cet article
10 mai 2015 7 10 /05 /mai /2015 05:04

le silence

plus besoin de musique

me sert de

souffle

je respire

sans notes et sans mots

l'odeur de ma terre

de ce rideau de pluie

qui masque

avant le beau temps

quand j'attends l'arc-en-ciel

moins que ma mémoire

ton visage

quand

chaque jour

j'attends

France Burghelle Rey ( lundi 27 avril 2015 )

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans s TEXTES INEDITS
commenter cet article
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 09:51

J'aime mon présent ce bel écho des choses passées comme le sont nos deux rencontres Si j'ai douté c'est que je n'avais pas pensé parler Le ciel pourtant était le même l'herbe était aussi verte Il y a te dis-je et chez toi et chez moi les mêmes hirondelles Il ne nous manquerait que la mer s'il n'y avait nos rivières pour faire valser nos yeux J'en ai le vertige à m'en rappeler l'odeur à la fois grise et jaune de bois et de soleil

 

Chaque jour que je vis allonge mon enfance Quand je regarde l'eau écoute les oiseaux sens les odeurs du matin l'heure est comme en arrêt ou mieux le souvenir la fait recommencer Qui parle de vieillir La cloche de l'église est celle de la petite fille sa robe bleue dans la lumière du jardin cheveux coiffés barrette mise c'est dans bientôt la messe peut-être y quêterai-je j'attends les autres filles Aujourd'hui à la sortie distribution du pain béni

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans TEXTES INEDITS
commenter cet article
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 09:46

                                  L'enfant et le drapeau                       A Naël

 

 

Dans cet enfant qui naît je retrouve mon drapeau. Il m'a été volé par des ennemis sans nom.

 

Les mères sont celles qui restent. Toujours.

J'entends en même temps que son souffle celui de la terre et en le regardant à mon tour je respire. Mon ventre depuis longtemps si vide se remplit et j'attends que s'ouvrent ses yeux encore pleins de sa nuit.

Les mères sont celles qui ont encore à faire. Ce qui les tient en vie.

 

 

 

Je regarde mon jardin dont l'herbe refleurit pour son premier printemps. Le ciel offrira à ses yeux leur deuxième couleur et déjà le soleil cherche son visage.

Je lui donne son nom pour qu'il s'appartienne et il me dépossède : l'amour est un échange. J'aime y céder cette fois. Bien plus encore qu'avant.

Je veux le voir chaque jour et compter ses sourires.

Il sent les fleurs que j'aime lui acheter même s'il ne peut les voir. Au bois bientôt il en poussera, je l'y emmènerai.

Demain devient un jour plus beau et l'avenir est une fête. Je me nourris d'attente.

 

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans TEXTES INEDITS
commenter cet article
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 05:24

 

Au détour de ta voie toujours ce présent que tu nies et ton passé

 

 

 

 

Comme un drap troué que tu plies mais joyeuses les salves de l’avenir

 

 

 

 

Quand tu n’es plus meurtri toi déjà presque tendre

 

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans TEXTES INEDITS
commenter cet article
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 05:20

Je veux changer de jeu mettre à profit cette tension qui me sert d'ailes je veux cesser

 

 

 

 

De boire la coupe que nul regard ne me soit étranger nulle voix inouïe je veux

 

 

 

 

Rencontrer ceux qui sont mes jumeaux pour me convertir à moi-même

 

 

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans TEXTES INEDITS
commenter cet article
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 05:18

 

J'aime perdre mes repères savourer l'air du temps me nourrir de secrets

 

 

 

Jusqu'à l'oubli des noms mais il reste sienne munich et vancouver

 

 

 

J'aime marcher sous la pluie cherchant la solitude ce choix est sans appel

 

 

 

                                                                                        5 avril 2013

Repost 0
Published by FRANCE BURGHELLE REY - dans TEXTES INEDITS
commenter cet article

Presentation Du Blog

Recherche